St-Hilaire au Québec
Enfant, lors d’une sortie dans un magasin à rayons, je vois mon père interroger un commis sur l’origine de son nom (apparaissant sur son badge)
  • St-Hilaire… dit Guérin ou dit Maupas ?
  • Dit Guérin
  • Alors nous sommes cousins

Intrigué, je demande à papa le but de sa question. Ainsi débute la fausse Histoire de notre nom

- Écoute bien ceci Yvan, voici l’Histoire de ton nom de famille.
Il y avait au temps de la colonisation, deux bagnards qui se sont connu sur un navire venant de France pour le Canada. Les deux bandits se nommaient Guérin et Maupas. D’un commun accord, ils décidèrent de changer leur nom à leur arrivée en Nouvelle-France en se faisant passer pour des frères. St-Hilaire étant un nom sans histoire. Lorsqu’un St-Hilaire en croisera un autre, il saura quelle est sa descendance. Alors depuis ce temps lorsque des St-Hilaire se rencontrent, la question d’usage est: Guérin ou Maupas ?

- Et de quoi étaient ils accusés ?

- Personne ne sait, mais ils eurent une vie respectable puisque, à ma connaissance, il n’y a pas de criminel dans la famille
Ce n’est que 30 ans plus tard, au début des années 90 que je découvris la vraie origine de notre nom ‘‘St-Hilaire’’. Ni papa ni maman ne l’apprendront. Pierre décédé en 1981, Françoise (Cauchon) en 1994.

J’ai toujours été sceptique sur cette drôle d’aventure des deux bandits. J’avais un peu honte de cette histoire. Par contre j’étais très fier de ce nom, chacun(e) de mes grands-parents, oncles et tantes ayant une vie respectable.
 
La vraie Histoire
 
En 1994, je m’inscris à un cours de généalogie offert dans ma région. Le professeur René Limoge, nous demande nos noms et nos connaissances sur l’origine de nos ancêtres. Mon tour venu, j’explique la version retenue de mon paternel. Soudain l’animateur se met à rire de bon cœur en me répondant : Mais non, mais non, ton premier ancêtre au Québec était dans la farine jusqu’au cou, Maître meunier à trois moulins successivement. Tu viens de Château-Richer à l’est de Québec. Tu le verras bien, avant la fin de la session, tu auras le dossier complet, enquêteur St-Hilaire. Le surnom qu’il aimait donner à chacun. C’est, disait-il, vraiment comme une enquête judiciaire. Vous devez me rapporter des preuves de vos recherches.

- Par où commencer ?
- Par qui! messieurs, dames. D’abord on prend une feuille et on inscrit notre nom. Vous êtes le suspect numéro 1 de l’enquête. Ensuite votre père, votre grand-père etc.
Lorsque la ressource mentale est épuisée, on se réfère aux dictionnaires généalogiques, aux annuaires téléphoniques du début du siècle. Les textes des Jésuites venus convertir les ‘‘Sauvages’’. Ceux-ci ont laissé des écrits, les explorateurs aussi. Les Archives Nationales du Québec n’attendent que votre visite.

Muni d’un tout nouveau porte-documents, je me rends dans cette enceinte du savoir, la grande bibliothèque nationale. Après une matinée de recherches fructueuses, j’ai enfin la liste complète des suspects :

Yvan, Pierre, Honoré-Omer, Olivier St-Hilaire…
Soudain le frisson : Jean-Baptiste Guérin dit St-Hilaire, Jean-Baptiste Guerin, Guillaume Guerin dit St-Hilaire, Guillaume Guérain. L’orthographe change selon la compréhension du prêtre, la majorité des gens ne sachant écrire. De plus certains mentionnent le patronyme, d'autres non.

Guérin dit St-Hilaire ? Confus, je me questionne : Guérin dit St-Hilaire, St-Hilaire dit Guérin ? Revenu en classe la semaine suivante, voici le propos de l’animateur: Écoutez bien chacun de vous, on a une situation souvent rencontrée en généalogie. Personne ne peut descendre d’un Saint ou d’un prêtre catholique (de façon légitime…) Ce sont des patronymes; St-Hilaire, St-Pierre, St-Jean… Dans chacun de ces cas, le patronyme fait référence à un endroit.

Je reprends donc mes recherches et découvre un petit bouquin intitulé : ‘‘Nos ancêtres, La revue Sainte-Anne de Beaupré’’. Enfin j’allais apprendre l’histoire du farinier Guérin.

Guillaume Guérin, fils de Léonard Guérin et Marie Paignon, né le 25 septembre 1668 à St-Symphorien-des-monts, commune appartenant au chef-lieu de canton St-Hilaire-du-Harcouet.

Pourquoi Guillaume Guérin portait-il le patronyme de St-Hilaire ? Aucune réponse patente n’a encore été donnée. Guillaume faisait partie d’un contingent de 426 hommes venus défendre la Nouvelle-France. Un surnom référant à un endroit d’origine plus connu pour identifier le personnage allait de soi. St-Symphorien-des-monts étant un petit hameau, il était plus facile pour les membres de son régiment ainsi que pour ses nouveaux voisins d’associer ce dénommé Guérin à St-Hilaire-du Harcouet, communauté beaucoup plus importante. C’est probablement ainsi que lorsque les gens lui demandaient sa provenance, il déclarait Guillaume Guérin DE St-Hilaire-du-Harcouet.

À la fin des hostilités, Guillaume s’établi à Château-Richer. Il deviendra meunier au moulin de Petit-Pré de 1700 à 1704. De 1704 à 1709 il œuvre au même titre au moulin de la rivière Dauphine (Ste-Famille, Île d’Orléans). Il y fréquentera Anne Guillot, fille de Vincent et de Elisabeth Blais (deuxième noce) de St-Barthélemy de La Rochelle. De 1709 à 1728, ne refusant jamais le travail en plus d’exploiter sa terre, il dirige les moulins de Petit-Pré à Chàteau-Richer et St-Pierre, Île d’Orléans.

Ce patronyme est devenu notre nom de famille pour des raisons encore inconnues. Sur les originaux de contrats de mariages des descendants, certains sont présentés avec le patronyme et nous remarquons que Olivier délaisse ‘‘Guérin’’ pour signer seulement St-Hilaire. Olivier demeure à St-Romuald, rive sud de la ville de Québec. Y avait-il deux Guérin dans la paroisse ou une brouille entre les membres de la famille ?
  • Guillaume Guérain, Anne Guillot, m. le 6 octobre 1704
  • Guillaume Guerin dit St-Hilaire, Marie-Michel dit Taillon, m. le 22 septembre 1744
  • Jean-Baptiste Guerin, Marie-Angélique Paquette, m. le 4 août 1795
  • Jean-Baptiste Guerin dit St-Hilaire, Marguerite Boucher, m. 24 juillet 1821
  • Olivier St-Hilaire, Catherine Fontaine, m. 11 août 1862
  • Honoré-Omer St-Hilaire, Bertha Sigouin, m. 19 janvier 1903
  • Pierre St-Hilaire, Françoise Cauchon, m. 4 septembre 1948
  • Yvan St-Hilaire, Sylvie Dessureault, m. 8 mai 1976

Qu’en est-il des autres noms portant le patronyme de St-Hilaire ? Je n’en connais pas encore leur provenance. On retrouve les St-Hilaire dit Maupas, St-Hilaire dit Berry et St-Hilaire dit Lafontaine. Tiens, tiens, voici pour l’enquêteur en moi un nouveau sujet à approfondir.


Yvan St-Hilaire
Rigaud, Québec
Le 20 février 2014

Liens utiles :
Archives nationales du Québec
myheritage.fr (rechercher site des St-Hilaire dit Guérin)
Archives de Château-Richer
La côte de Beaupré
l’Île d’Orléans

Bibliographie :
Nos ancêtres, vol. 10, Gérard Lebel CSSR, La revue Ste-Anne-de-Beaupré
 
requete invalide enr ip