Enterrements




     Le docteur vient, il va mourir, la famille prévient le curé pour les derniers sacrements

     Il est décédé, 2 voisins viennent le laver et l’habiller faire le lit

     Ensuite le curé est mis au courant et fait sonner le trépas

     Le menuisier vient prendre les dimensions du mort pour faire le cercueil

     Ensuite on dresse les listes pour que les voisins et amis préviennent les gens

     On veille le mort jour et nuit

     La mise en bière a lieu peut être la veille ou le matin de l’enterrement et puis le menuisier qui a fait le cercueil dresse à la porte d’entrée de la maison une chapelle et y dépose le défunt sur des trétauts avec de l’eau bénite.

     Pour ce qui est de l’inhumation, les porteurs 6 ou 8 suivant la distance font la collation dans une pièce à côté ou chez les voisins.

     A l’époque la cérémonie a lieu toujours le matin.

     Le curé vient, peut être s’il y a distance il vient avec celui qui porte la croix de l’église, c’est à dire le bedeau et souvent il est assisté d’un enfant de cœur. Quand il y a assez loin, il y a une voiture couverte et on met la bière dedans.

     Les porteurs du corps et les hommes cierge d’honneur, suivent eau bénite et quatre cordons se sont les plus grands amis du défunt qui les portent.

     Les plaques, les fleurs, mais à cette époque avant la guerre ou quelque temps après, il était payé beaucoup plus de messes que de fleurs

     Arrivé à l’église, les porteurs déposent le cercueil sur les deux tréteaux et ensuite ceux-ci sortent et s’en vont boire un coup au bistrot. Ils reviennent au milieu de la cérémonie, ensuite quand celle ci est terminée toute la famille bénit le corps et debout dans la nef reçoit les condoléances

     Ensuite le cimetière, la plupart retourne à la maison pour manger du bouillon de bœuf et du café. Les femmes proches sont voilées de noir et elles le garde souvent un an voir plus. Elles ont le voile derrière le chapeau et elle le remonte devant la face quand elles rentrent dans l’église.

     La messe huitaine à souvent lieu la semaine suivante.

     À l’époque c’est le fossoyeur de la commune qui fait la fosse.


requete invalide enr ip